15.12.05

Apparemment, les magazines féminins sont vraiment abrutissants.

Hier, après le dur labeur qu'imposait une bac blanc d'éco, je décidai de me relaxer en prenant un bain (avec les huiles essentielles Sephora et tout et tout)(non, en fait qu'avec les huiles essentielles Sephora). L'eau était chaude mais supportable(contrairement à la fois où je me suis brûlée les jambes mais c'est une autre histoire). ISA me tenait compagnie, et, peut-être était-ce dû à ses articles prenants ou au manque d'arrivée d'air(quoi, il ne faut jamais fermer les rideaux quand on prend un bain?), mais j'étais dans un état de demi-rêve. Si je n'avais pas perdu conscience deux fois en sortant de la baignoire,à me retrouver donc étendue parterre (mon genou est tout brulé :( ), et en angoissant comme une folle à cause de mon impossibilité à appeler quelqu'un, et à bouger sans tomber, et à me faire mal en tombant parce que mes jambes tenaient plus, et à voir tout lumineux, et en ayant l'impression d'être morte, j'aurais pu me dire que j'avais plané. Mais en fait non. Les vapeurs d'eau chaude, c'est mal.

Imaginez quand même la classe si j'étais morte dans la salle de bain. Pour une catin, ça le faisait. Je recommencerai ça à 75 ans. (N'empêche comme j'ai flippé ma maman)



Au repas de Noêl au lycée, on a eu de la Badoit dans une bouteille rouge et c'était la classe.

6.12.05

Petite curiosité française : notre Miss France 2006 a un skyblog, et tout ce qui (ne) va (pas) avec : http://pancakes.skyblog.com/

Je la hais déjà, qu'elle se foute vite à poil dans Gala.


Misogyne J.

20.11.05

La catin que je suis moi aussi, même si j'écoute Chopin, parce que quand même, j'ai des obligations à respecter et puis ça m'intrigue toujours de savoir comment une catin comme George Sand a pu tenter l'aventure avec un pianiste pauvre ET polonais , alors que, quand même, Sand a fait des trucs vachement pas sympa à Musset (qui, dans son genre, en était une sacrée de catin). La catin que je suis, disais-je et aurais-pu dire Desproges tant son style me submerge depuis que je l'écoute sur mon I pod Nano - notons toute fois que Desproges n'était pas une catin ou alors ne l'a pas revendiqué- la catin que je suis disais-je "avant d'être vulgairement interrompu par moi-même" comme qui dirait. Qui ? Desproges.

Bon, merde, la Catin que je suis, quoi...

Mince, j'ai du boulot;

bonne journée les gens.


J.

12.11.05

La catin que je suis n'a pas mis à jour depuis longtemps, et en subit les reproches de Jean qui pourrait devenir mère.

Je reconnais quand même qu'il est très fort: il arrive à blogguer avec son emploi du temps surchargé d'hypokhâgneux quand moi, simple lycéenne de terminale éco le fais avec difficulté.

D'ailleurs, j'écris cette note à un moment où ma muse s'est fait la malle ce qui n'aide pas.

Parlons de tout et de n'importe quoi.

Je ne sais pas avec certitude vers quelle voie me diriger l'année prochaine. Le désir de facilité et de tranquillité me pousse à aller en LEA, mais ça ne me distraiera guère.
Ma curiosité me dit d'aller en fac de philo, mais les débouchés trop peu nombreux m'en dissuadent de même pour la section Anthropologie des Sciences humaines.
Ma flemmardise m'a tout simplement insufflé l'idée de ne rien faire, de vivre une vie de bohème où la pauvreté serait le prix de l'indépendance mais ma lucidité fait sa chiante et me dit que finalement ce n'est pas une bonne idée, parce que vous comprenez, à 20 ans on ne pense pas pareil qu'à 17 mais à 30 on ne pense pas non plus comme à 20. Alors, pour l'instant, il faut, bien sûr, travailler.
Etant balance ascendant balance, c'est une torture de choisir.
C'est d'ailleurs pour ça, je pense, que je suis toujours dans le général, je n'ai jamais osé spécialiser mon instruction.

Changeons de sujet, parlons cheveux.
Lundi, je vais chez le coiffeur, le même qui m'a faite rousse, le même qui est trop beau, donc.
Mais cette fois, je sortirai blonde et normale.
Oui, bon, avec les jambes fébriles ( Ah oui, quand même)
Je sècherai donc les maths encore une fois ce qui rapportera le nombre d'heures séchées en cette matière de 3 en une journée et demi de cours. Ca ne ferait rien si ma moyenne était à 3 points du 20, là elle est à 3 points du zéro.
Mais c'pas grave, on vient de commencer les stats.
Je stresserai au moins de juin, pour l'instant je préfère garder mon rythme cardiaque à un niveau normal et ne pas me faire des cheveux blancs même si ça me donnerait un certain style. J'ai dit que je voulais redevenir blonde.


Je retourne réchauffer mes neurones à coup de crises de la guerre froide, je suis super contente.

25.10.05

Mesdames et Messieurs,

Il parait que l'on écrit mieux la nuit, l'inspiration n'étant pas embarassée de la lucidité.
Toutefois ma lucidité est déjà elle-même corrompue par mon esprit de contradiction. Alors:

On pourrait croire que seul Jean est habile à la plume car Monsieur suit maintenant des cours qui semblent avoir été conçus par des moines sado-maso, qui lui prennent donc tout son temps et son sens de l'humour. Pourtant, il me demande souvent de l'aider à compléter, préciser une version en anglais. C'est que le pauvre doit savoir dire "robe à flanelle" dans la langue de Shakespeare, mais il est trop jeune et vaillant pour en voir l'intérêt, car même si la beauté féminine le rend indifférent il serait bien incapable de porter une robe. Aussi nous sommes , bizarrement, les heureux parents hagards d'un petit Eugène Patasel, qui est Lion et donc beau. Je ne dis pas ça parce que je suis la mère. S'il avait été Capricorne , je l'aurais jeté par la fenêtre ce petit con.

J'ai rencontré Jean dans un environnement assez flou et agité. A l'époque il ne prêtait guère attention à moi, tout juste s'il daignait me remercier de lui 'avoir corrigé une faute de grammaire italienne basique.
Au fil du temps, ma présence premièrement insignifiante devint plaisante, curieuse, puis finalement indispensable à la vie insouciante menée par mon cher amour.
Inconsciemment peut-être, il aida en partie à mon développement moral qui devrait être appelé en fait, amoralité. Cet état me débarasse de bien de questions gênantes qui crispent le monde et rendent la vie plus aigrie que douce. Je ne sais pas si j'ai apporté quoi que ce soit de la sorte à mon ami, je n'ai réussi qu'à lui montrer l'art de paraitre naïf et stupide pour pouvoir jouir de la crédibilité et de la réactionnabilité (je fais souvent dans le néologisme) de vrais stupides cette fois.


Je vous laisse ici, la rappel à l'ordre détestable d'une dissertation d'éco me tape sur les doigts.



Mesdames et Messieurs,

Il est désormais minuit trente-huit. Le temps passe vite en notre compagnie, n'est-il pas ? Bien sûr qu'il est. Ceci est donc la deuxième note. Deux notes en une journée, c'est vraiment énorme, peu de blogs peuvent en dire autant.

Il est d'usage de se présenter, et d'aucuns diront que cela aurait dû être fait dès le début, mais d'aucuns est un crétin et on lui a pas demandé son navis.

Une fois n'est pas coutume, je laisserai la place à Alexandra, qui est maintenant partie se coucher. C'est pourtant elle, me direz-vous, qui a balancé cette idée de faire un blog un commun. Alors que moi, Jean, je m'apprêtais à regarder pour la je-ne-sais-combientième fois My fair lady en faisant des câlinous tout plein à mon Rachmaninov (je parle de mon chat, non pas du compositeur russe romantique) (oui, j'ai une vie simple), Alexandra est venu me réveiller de ma torpeur de vacances pour nous lancer dans un blog commun.

J'eus beau lui faire remarquer que le duo "Jean et Alexandra", c'était du déjà vu, que ç'avait trop bien marché pour qu'on en refasse un, qu'en plus chacun de nous avait déjà un blog à faire tourner, rien n'y fit, elle insista et nous voici.

Que dis-je "nous voici" ? Me voici, c'est bien moi qui suis en train de m'échiner à faire une note alors qu'il est minuit passé.

Que dire de plus avant parler de notre rencontre ? Peut-être définir précisément le principe de ce blog : c'est donc un blog à quatre mains, même si personnellement je tape avec une seule main et si concernant Alexandra elle tape avec des faux ongles. Nous sommes tous les deux lycéens à nos échelles différentes puisqu'Alexandra rate sa vie à faire un Terminale ES dans un vulgaire lycée de Province tandis que je rate mon hypokhâgne dans un prestigieux lycée parisen dont je tairai le nom parce que mes anciennes logorrhées verbales m'ont valu quelques surprises. Nous ne sommes pas en couple, ne le serons jamais car Alexandra est Balance ascendant Balance tandis que je suis Gémeaux ascendant Lion et que, même si je fûs verseau, je suis bien trop amateur de comédies musicales pour m'intéresser aux charmes féminins. Quant à Alexandra, elle ne tombe amoureuse que de garçons moches mais a, fort heureusement, un assez bon entourage qui l'empêche de se précipiter dans les bras de ces Don Juan de mauvaise facture qu'elle renomme "crush". Sachez que sa liste de Crush tient à peu près sur une copie double, allant du fils de son médecin à moi quand elle était persuadée que j'étais blond.

Donc, blog à quatre mains(voir plus haut), à deux cerveaux(voire moins), à un utérus et un pénis (voir avec les intéressés), voilà qui résume parfaitement la situation.

Et tandis que l'entracte de My Fair Lady se déroule à mes oreilles, les amis, car je peux appeler "ami" celui qui est parvenu jusqu'au bout de cette tirade, de ce monologue qui n'attend que sa deuxième voix, je me dois de vous quitter pour répondre aux tendres exigences du chat, et je vous laisse avec ce SMS qu'une Alexandra frustrée m'envoie depuis son lit :

"Le blog 'Catinades' a une heure. Scorpion ascendant Lion : créativité et exigence"

Qu'on se le tienne pour dit.





J.
If you want to sing out, sing out

Mesdames et messieurs, il est minuit 35

Ceci est belle et bien une première note.

Ca promet.